La Russie n’est pas conviée à l’anniversaire de la libération d’Auschwitz

Advertisements

La Russie ne sera pas représentée aux célébrations du 78anniversaire de la libération du camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, a annoncé mercredi 25 janvier le musée du site.

« Compte tenu de l’agression contre une Ukraine libre et indépendante, les représentants de la Fédération de Russie n’ont pas été invités à participer à la célébration de l’anniversaire de la libération d’Auschwitz de cette année » qui doit se dérouler ce vendredi, a expliqué à l’Agence France-Presse, Piotr Sawicki, porte-parole du musée.

Le camp de la mort avait été libéré par l’Armée rouge le 27 janvier 1945. Jusqu’à présent, la Russie avait toujours participé aux cérémonies qui se tiennent chaque année le 27 janvier, son représentant prenant la parole lors de la cérémonie principale.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Guerre en Ukraine : « La seule alternative crédible au maintien de l’aide occidentale est, en l’état, une reddition de Kiev »

L’invasion de l’Ukraine, un « acte de barbarie »

Selon le directeur du musée, Piotr Cywinski, il était évident qu’il ne pouvait « signer aucune lettre à l’ambassadeur russe sur le ton d’une invitation », dans le contexte du conflit.

« J’espère que cela va changer à l’avenir, mais nous avons un long chemin à parcourir. (…) La Russie aura besoin d’un temps extrêmement long et d’une très profonde introspection après ce conflit pour revenir dans les salons du monde civilisé », a-t-il déclaré, cité par l’agence PAP.

Advertisements

Le jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, le musée a qualifié l’attaque russe d’« acte de barbarie ». « Cet acte de barbarie sera jugé par l’histoire, et ses auteurs – il faut l’espérer – par la Cour internationale de justice », avait écrit le musée sur Twitter.

Construit en Pologne occupée, Auschwitz-Birkenau est le symbole du génocide perpétré par l’Allemagne nazie à l’encontre de six millions de Juifs européens. Un million de Juifs ont été tués dans le camp entre 1940 et 1945. Quelque 80 000 Polonais non-juifs, 25 000 Roms et 20 000 soldats soviétiques y ont également trouvé la mort.

Lire aussi les témoignages : Article réservé à nos abonnés « Ce n’est pas pour travailler en Allemagne qu’on nous arrête, pas avec des petits »

Le Monde avec AFP

Source link

Advertisements

Scroll to Top